Retour aux actualités Publié le 28/08/2017

Les zones humides composées de nombreuses espèces de plantes et d’animaux sont le berceau d’une forte diversité biologique. Cependant, un déclin de ces habitats est observé à l’échelle européenne.

Au niveau du terril, de nombreuses mares naturelles ont été recensées et forment un réseau de zones humides riche en biodiversité (amphibiens, tritons, oiseaux). En effet, les mares constituent pour de nombreuses espèces non seulement un habitat, mais également une zone de refuge, une zone alimentaire ou encore une zone de reproduction. Ainsi, nous pouvons y retrouver des espèces d’intérêt communautaire tel que le crapaud calamite ou une espèce menacée d’extinction tel que le triton crêté. Il est donc indispensable de favoriser cet habitat.

Cependant ces petits plans d’eau se dégradent, se ferment et s’envasent naturellement si personne ne s’en occupe, et finissent par disparaître. C’est pour cette raison que nous réalisons des chantiers de restauration et de création de mares dans le but de favoriser la biodiversité de manière durable. Depuis 2015, une dizaine de mares ont été créées et restaurées sur le terril favorisant ainsi le développement de la biodiversité. On y retrouve aujourd’hui une végétation caractéristique des zones humides (phragmite australien, macette à large feuille), des amphibiens (crapaud calamite, crapaud alyte), des tritons (tritons crêté, triton alpestre, triton ponctué) et des oiseaux (rousserole effarvatte, bruant des roseaux).

Nous allons continuer de développer le réseau de zones humides, afin de former une continuité écologique, constitué de mares de tailles et de profondeurs différentes permettant ainsi de diversifier les espèces.