Le terril St Jacques comprend 4 millions de m³ de schistes noirs issus de l’exploitation du Charbonnage d’Aiseau-Presle.  Il a été en grande partie reprofilé dans les années 70, et est depuis ce temps en friche.

Des espaces artificiels recolonisés par la nature côtoyaient des dépôts sauvages de déchets et des zones dégradées sans valeur écologique. Des problèmes de stabilité induisaient des risques d’effondrement des parois de schistes, la zone devenait dangereuse, d’autant que quads et motos s’y livraient à des rondes non contrôlées.  Il était urgent de prendre des mesures contre toutes les nuisances dommageables à la protection du site.

Belgarena, autre société du Groupe ROTON Environnement recherchant par ailleurs un exutoire pour les terres traitées issues de son site, une opportunité unique de combiner les deux problématiques en une opération gagnant-gagnant s’est offerte et a été saisie.